CIMG3239


Un macaron c' est très susceptible....

Il faut dans un premier temps, que Sieur Macaron daigne se lever de son lit.. Car ce dernier n' est pas bien sûr que, hors de sa couette une bonne journée l' attende, alors se passe un temps, parfois un long temps et enfin un jour il lève sa collerette, vous fait un clin d' oeil, mais un clin d' oeil sournois....


Sieur macaron se lève, certes, mais la partie n' est point gagnée... Il
peut en effet refuser de revêtir son joli costume: une collerette bancale ne lui fait pas peur... Pour l' obtenir dans toute sa splendeur il faut le flatter, le séduire, et même avec de jolis arguments, il peut crier sa colère et... exploser...


Et oui, Sieur macaron, dans une logique inexplicable, peut soudainement se soulever, et en briser sa fragile coque protectrice; il se met alors nu sous nos yeux, révélant sa plus profonde intimité... plutôt poisseuse et collante au passage ;-)

Enfin, après des évènements incontrôlables, illogiques, il daigne se montrer sous son véritable jour: le macaron à collerette aussi joli que bon!



CIMG3235

Seigneur, dans tout ça j' ai dû en sauver une dizaine!! Ils sont d' un caractériel, ces macarons!!!

Source: Amuses-bouches, merci Sylvie, j' ai enfin réussi quelques macarons!!

Ils m' ont faite trembler ces macarons, ma photo la plus nette étant celle-ci, je sais, ils sont tout tout petits :-) (cliquez dessus, ils seront plus gros ;-) )

CIMG3233

Pour les collerettes bancales et les "explosés" voici un aperçu!

CIMG3243CIMG3248

Alors désacralisons le mythe macarons:

  • J' ai lu qu' il fallait mettre deux plaques de four; je n' en ai qu' une donc j' ai mis de l' alu en conséquence sur la grille du four, les macarons les plus cuits au niveau du postérieur étaient ceux qui n'étaient pas au dessus de mon arrangement, tous les autres ( donc dont le postérieur était protégé par la grille-alu en dessous) étaient collants en dessous,et du coup ils absorbent la ganache, malgré séchage à l' air...
  • j' ai lu que: la poche à douille était l' enfer; je confirme ;-)

  • j' ai lu que: le pochage à la douille n' était pas évident au départ; je reconfirme ;-) Il faut effectivement poser son embout sur la feuille sulfurisée et ne plus bouger, appuyer simplement sur la poche pour que la préparation sorte et le petit tas se fait tout seul, dès qu' on bouge, le rond prend une de ces formes...bref règle d' or: on ne bouge pas!!!

  • j' ai lu que: la première fournée était réussie, la deuxième craquelait; chez moi, à la première ils étaient TOUS ratés dans le sens où la moitié était explosée, l' autre bancale de chez bancale (alors là j' aimerais bien comprendre pourquoi, m' enfin j' ai arrêté de chercher avec les macarons...) La deuxième presque parfaite, juste un ou deux craquelés, il faut savoir qu' ils ont croûté plus que les autres en attendant la cuisson de ces derniers, c' est ptet ça..?

  • j' ai lu qu' à la sortie du four, il fallait faire passer de l' eau en dessous du papier sulfurisé pour qu' ils se décollent, je confirme c' est magique!

  • j' ai lu qu' il fallait laisser la porte du four entre-ouverte; j' ai pas essayé vu qu' ils sont montés immédiatement tout seuls comme des grands

  • j' ai lu qu' il fallait croiser les droits pour qu' ils brillent: et bien il faut croire que j' ai les phallanges adéquates, rien à redire de ce côté là, m^me si ce ne sont certainement pas les ferraris rutilantes de Mr. Pierre Hermé!

  • j' ai lu qu' il fallait repasser au mixeur, poudre d' amandes et sucre glace, puis tamiser pour que le macaron soit lisse... la grosse flemme m' a prise: pas de mixer pas de tamis, et à moins que mes yeux ne soient pas en face des trous, ils sont lisses, non? Par contre, pour la poche à douille, il faut se sacrifier et aspirer fréquemment les ptits bouts qui se coincent :-)

Voili voilou, en espéranvot vous donner envie d' en faire, tout comme l' envie m' a reprise (voir le raté de la dernière fois!) dès que j' ai vu ceux de Sylvie! (Les miens sont à l' amande!) N' hésitez pas à bidouiller sa recette si cela vous fait de trop, de mon côté j' ai pris le principe du simple et du double du poids du blanc d' oeuf (les mesures sont hyper simples, ta recette est vraiment top Sylvie!!) et ça a marché!