CIMG3169

C' est pourtant facile d' être une fille facile à vivre, non?  Il suffirait de diffuser la bonne dose de bonne humeur, de calins, et de repassage...!
Mais non, quand vous n' avez pas de chance, vous les mecs, vous tombez sur une chieuse,une vraie, et encore ça pourrait être pire: car le pire reste la chiante!

Oui, une réelle distinction est à faire entre la chieuse et chiante: la chieuse fait sa fine bouche devant presque tout, râlouille sans pourtant vraiment se décider, se plaint, pleurniche à l' aide dès qu' un fil d' araignée barre son chemin jusqu' aux toilettes, crie à réveiller les voisins pour un doigt de pied cogné contre un meuble (le rikiki tant qu' à faire), tandis que la chiante discute tout, n' est jamais contente de ce qu' on lui propose, trouve toujours quelque chose à redire (même si elle a tort, elle insiste jusqu' à te faire croire que...), il faut que ça aille dans son sens ( de logique, de déroulement des évènements, de bêtise?...) et que si t' as mis le sel avant le poivre, tu peux déjà aller chercher un autre saladier; en plus elle te surveille, te reprend, et ne laisse que peu d' air pour s' exprimer, donc pour moi, ça, c' est la pire espèce :-)

Si vous êtes super malchanceux, vous tombez sur un mix, et là foi de nana, je vous conseillerais de prendre vos jambes à votre cou, c' est à peu près votre seule chance de survie!

Seulement voilà,assez impensable que papa et maman nous laisse sur le bord de la route... car une telle théorie (farfelue? pas si sûr.. :-) ) ne peut voir le jour que grâce à l' expérience, au vécu, et la chieuse comme la chiante, nous, on avait tout ça à la maison!
Ma soeur number 2 est une chian-te, une pure de dure, et vous l' aurez deviné, moi je suis une chieuse, une encore plus dure (à vivre) que pure :-D

Et aujourd' hui ce ne sont plus mes parents qui souffrent (quoique...:-/) mais les hommes, et Choups finirait presque à en devenir chieur pour me montrer comme je suis chieuse ( c' est abusé non, il a déjà ses défauts, suis je obligée d' en supporter plus?!!)! Parfois il cède, parfois pas, et là c' est cata car la chieuse est au fond une petite enfant gâtée qui aime qu' on la considère et qu' on la prenne en compte!
Et quand je dis:"hors de question d' avaler cette infâme masse gélatineuse pépineuse que renferme.. la tomate", ça veut dire: "tu vides la tomate, un point c' est tout"!! Comme il est de moins en moins conciliant (là aussi y a une théorie à faire entre l' homme du début et l' homme par la suite :-) ), je me prends par la main et pour faire bonne figure je choisis maintenant des recettes qui réclament des tomates épépinées, haha!
Pour le rikiki du pied qui s' est pris une porte, je n' ai encore rien trouvé pour faire bonne figure, la bonne grosse grimace hurlante restant à ce jour la meilleure solution!!


Gaspacho coco et gingembre

Dans le mixer, mettre trois tomates dont on a retiré les pépins, un demi concombre (pas besoin de lui enlever ses pépins à lui, car point de "gélatine visqueuse" ne gêne mes papilles!! et surtout, on ne les sent absolument pas par la suite), un demi-poivron jaune (dont on a oté la peau, car elle par contre se sent par la suite!), 10cl de lait de coco, un bon morceau de racine de gingembre pressé au presse-ail, sel et poivre.
Laisser au frais une journée, et déguster bien glacé!

Conclusion: l' ensemble est fort bon, c' est light, la coco se retrouve assez facilement! J' ai mis un bon morceau de gingembre, et il faut vraiment fermer les yeux très fort, pour penser l' avoir senti!